Conséquences de la dépendance affective 3/4

S’enfermer est l’une des principales conséquences de la dépendance affective.

Tout d’abord, les conséquences de la dépendance affective peuvent littéralement vous coupez de vous même. Et bien entendu ralentir l’évolution vers vous même.

Tout ce que vous lirez dans cet article souligne cette déconnexion de soi.

La fuite en avant

En premier lieu, nous croyons qu’en faisant le plus d’expérience possible que l’on apprendra à se connaitre.

Vous connaîtrez seulement certaines réactions face à certaines situations.

Mais se connaitre en surface n’est pas se savoir en profondeur.

On est amoureux de ce que l’on connait, on aime quand on se connait !

N.M

Toutes expériences, sans conscience de ce l’on est, en considérant l’autre comme un messager nous amènent à réitérer les mêmes erreurs. Car c’est à travers le miroir de la relation que le reflet de nous mêmes apparaît.

Gandhi disait : le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour du monde mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui même

Vous  rencontrerez plein de gens sur votre chemin. Ça oui, sauf vous-même !

En parlant de chemin ça s’appelle la fuite en avant du faire pour les autres, leur regard, leur jugement, au lieu du je m’arrête pour être.

La fuite en avant est l’endroit de tous les excès, tous les artifices sont bons pour creuser les tranchées de plus en plus larges entre ce que vous êtes vraiment et vos actions.

Donc vous découpez littéralement votre congruence à la machette.

Vous êtes littéralement tiraillé entre votre désir d’être naturel et un certain confort qui s’installe.

Autant de superbes outils pour étouffer votre réflexion et faire face à vous-même.

L’alcool en général est privilégié lors de ces moments.

Et vous faites fi de vos doutes (émotions) qui vous indiqueraient plutôt de vous arrêter un moment…

Aussi, dans cette fuite erratique et hystérique vous y perdrez forcément, et rassurez-vous cela ne vous aidera aucunement à moins de vous arrêter et de vous construire une belle boussole.

Malheureusement on tombe plutôt sur une béquille…

Aimer une mensonge.

Donc, vous l’aurez compris la dépendance et l’égo sont un frein à une vie sincère.

Car en plus d’aimer la personne pour les mauvaises raisons, l’autre aimera quelqu’un qui ne se connait pas vraiment, cela revient à aimer personne, un mirage…

Personne n’aimerait savoir qu il/elle aime une illusion.

Ne préfériez vous pas être aimé pour ce que vous êtes vraiment au plus profond de vous ?

Je crois deviner la réponse…

La fausse émancipation

En premier lieu, la personne dépendante affective va trouver refuge dans la fête ou adopter un comportement aux antipodes de ce qu’elle a été comme pour se prouver à elle-même qu’elle change.

« Sortir de sa zone de confort », c’est très bien dans le sens des actes, mais ça n’a aucune valeur.

Je n’aime pas le piment rouge! Mais regarde j’en mange un maintenant ! (compensation)

J’ai peur des araignées regardez, mais j’en tiens une dans la main. (Compensation)

On veut se prouver des choses pour | sa confiance en soi, mais c’est tout.

Par ailleurs, avec les réseaux sociaux ce phénomène est amplifié, on exhibe l’image d’une personne forte (masque) que tout le monde veut voir.(exagération).

Tout ça c’est juste superficiel ! Vous restez complaisant envers vous en recréant une image confortable pour vous ainsi vous pourrez vous aimer à base de victoire et d’approbation d’autrui.

Etre aimable aux yeux des autres.

Donc, vous vous rendrez compte avec les années que les mêmes ruminations demeurent.

Pourquoi ?

Vous n’avez jamais fait face à vous-même dans ce qu’il y a d’inconfortable, vous montrant que vous êtes un être imparfait, faisant face à vos vérités dans vos sentiments les plus noires ou dans vos désirs les plus honorables. Vous ne pouvez-vous accepter et donc vous aimez de façon inconditionnelles.

Et donc quand survient la moindre défaite …. Patatra tout s’écroule.

En outre, lors de périodes de troubles, vous n’avez pas pris le temps d’assimiler vos émotions, souvent la tristesse et la colère principalement.

On ne vous en laisse pas le temps que votre orgueil et le regard des autres vont vouloir tout contrôler.

« il ne faut pas que je sois triste trop longtemps, que va-t-on en penser » ?

« Je suis en colere, je crois avoir des regrets, mais non faut pas on m’a dit d’avancer »

« T’es triste ? t’inquiète je gère » « je suis fort »(ou la faiblesse de ne pas montrer qui je suis vraiment).

Toujours ce même schéma d’enfouissement des sentiments et de conformisme, voir de soumission.

Laissez vous le temps, n’allez sutout pas contre vos émotions…
aie !!

Pensez vous qu’un sportif qui subit une rupture des ligaments croisés, se met à recourir le lendemain ? Ni quelques mois après sans risquer une autre blessure ?

Ou pire quand il a encore mal ?

Cela aura révélé juste 2 choses, que la personne n’a pas pris le temps de guérir, et qu’elle ne connait pas beaucoup son corps, couplé à un orgueil mal placé, une perte réelle de temps en somme.

Ainsi quand vous entamez une relation sans que vous ne soyez entièrement guéri, que croyez-vous qu’il puisse se passer ?

Néanmoins, vous préfériez marcher avec une béquille étant  la moitié de vous-même.

Le piège abscon de l’engagement.

             Qu’est-ce qu’un piège abscon ?

Il est l’une des conséquences de la dépendance affective la plus significative.

Le piège abscon est une situation irrationnelle dans laquelle on continue d’investir à perte pensant que chaque nouvelle perte permettra de rattraper les précédentes…

Cela peut se retrouver dans le domaine de la relation à l’autre, quand vous misez et que vos émotions vous alertent, mais que vous continuez à miser coûte que coûte, chaque coup de canif à vos émotions est une petite trahison envers vous-même.

A mesure que vous faites semblant la paroi de votre bulle confortable deviendra de plus en dur à percer.

Le dépendant affectif n’est pas d’un naturel à vouloir décrocher, la peur de faire du mal et donc la peur de ne plus être aimé devient croissante avec le temps.

Et là le piège abscon ou « l’absence de connaissance de soi » se cheville  au corps comme le pire des pièges à loups.

Ainsi on se trouve à la fin plumé, sans un « soi » en poche, dépouillé de ce que nous sommes vraiment.

La force des sentiments et l’élan amoureux des début nous amène à vouloir préserver cette énergie, nous indiquant que c’est forcément lui la bonne personne, surtout lorsque nous sommes fusionnel.

Et plus la personne s’éloigne plus le film de votre enfance refait surface et vous voulez combattre, cela en redoublant d’effort et vous oubliant de plus en plus.

Le jeu de de votre enfance se rejoue avec votre père ou alors votre mère distant et vous voulez vous fondre et devenir irréprochable aux yeux de l’autre.

Partez du postulat que l’autre à la même blessure que vous, mais qu’il exprime différemment, tout simplement. Il a les mêmes problématiques que vous dans le fond.

En dernier lieu, si il devient distant c’est qu il veut se dédouaner de cette amour fusion, qui revêt un caractère malsain, c’est qu’il sent que se rejoue l’amour fusionnel de sa mère/ son père considérant cela inconsciemment comme … incestueux! Oui le mot est lâché ! Ressentir une sorte de dégoût même, a perturbé bien des personnes, remettant en cause bien des couples. C’est tout simplement que se rejoue le film de l’enfance et que votre partenaire veut s’en débarrasser inconsciemment.

Pour conclure, vous l’aurez compris les conséquences sont liées à la peur de perdre. Nous nous sommes oubliés, et la stabilité émotionnelle est liée à la qualité de la relation que nous entretenons. Ainsi plonger dans les profondeurs de nous même devient de plus en plus difficile et les chances de se ramener à la surface s’amenuisent. De plus on va considérer l’autre comme unique catalyseur des ses frustrations au lieu de prendre ses responsabilités face à ses émotions… C’est ce que nous verrons dans la dernière partie du dossier.

Cristina Marques nous parle des 20 Signes de la dépendance affective.

Enfin, J’espère que mon article sur les conséquences de la dépendance affective vous aura plu. N’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter. Aussi vous pouvez laisser un commentaire pour nous partager votre expérience.

A plus tard les Good dingues! ( je m’essaye à vous trouver un petit surnom)!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial